a

Menu

A propos de nous

L’histoire de l’Atelier du Bouilleur

 

 

L’Atelier du Bouilleur est une distillerie artisanale coopérative située dans le sud de la France. Depuis 2014, nous produisons des spiritueux de haute qualité en suivant les engagements du “Manifeste de la Boisson Naturelle” – éthique, écologique, sans additif. Nous proposons également des services de distillation sur mesure pour les professionnels et les amateurs, notamment les domaines viticoles de Faugères qui nous confient la production de la “Fine Faugères”, l’eau-de-vie vieillie en fût de l’appellation.

3

Associés passionnés

1

Distillerie coopérative

18

Eaux-de-vie

Il y a un siècle, à l’époque du “Midi Rouge”, notre région était un grand producteur d’eau-de-vie de vin : les célèbres “trois-six” et autres “Fines” étaient distillés par milliers de litres dans les coopératives de distillation, dont on peut encore trouver des traces dans presque chaque village. L’ancienne coopérative distillerie d’Autignac, aujourd’hui propriété du groupe UDM – Union des Distilleries de la Méditerranée, abrite notre petite distillerie artisanale. Son existence est le résultat de nombreuses coopérations, ce qui se reflète dans sa structure juridique : nous sommes une SCOP – une société coopérative et participative, qui relie le passé du bâtiment au présent.

Chronologie

Notre histoire

^
1818

1ère mention de la Fine Faugères

Première mention de la Fine Faugères dans l’inventaire de la cave de l’Impératrice Joséphine.

^
1906

Début de la construction

Construction de la distillerie coopérative à Autignac.

^
1986

Vente aux enchères

Vente aux enchères des dernières Fine Faugères après l’arrêt de la production par les Frères Salles.

^
1999

Reprise de la production

La production a repris à l’initiative du syndicat de Faugères en collaboration avec Matthieu Frécon (distillateur itinérant), le groupe UDM (propriétaire du bâtiment) et son directeur régional Philippe Cayrol.

^
2014

Création de l’Atelier du Bouilleur

Création de l’Atelier du Bouilleur par Martial Berthaud et Quentin LeCleac’h.

^
2016

L’équipe s’agrandit !

Arrivée de Theresa dans l’équipe et départ de Quentin.

^
2018

Lancement du Manifeste de la Gnôle Naturelle

Lancement du Manifeste de la Gnôle Naturelle en coopération avec Alcools Vivant et Distillerie Baptiste.

^
2021

L’équipe s’agrandit !

Matthieu rejoint l’équipe.

L’équipe

Derrière les eaux-de-vie, une SCOP (Société Coopérative et Participative).

Aujourd’hui, notre SCOP est composée de trois associés : Martial, Theresa et Matthieu, qui vivent et travaillent sur place, dans un mode de fonctionnement collectif à la manière du post-punk.

Récupérer, recycler, réparer et cultiver : nous essayons de faire autant de choses que possible par nous-mêmes, afin de réduire la pollution de notre chère planète et la consommation de ses ressources. Et chacun de nous apporte sa contribution dans un travail d’équipe complémentaire.

Martial

“Tu es un artiste dont l’art ne se révèle qu’en ouvrant la bouteille !”, a déclaré un photographe lors d’une discussion sur le projet “Josiane”, notre eau-de-vie française à base d’agave. Buddy Willie, chocolatier anglais chez Willie’s Cacao et stagiaire à l’AdB, est d’accord : “Martial est le distillateur le plus passionné que j’aie jamais vu. Quand il parle de distillation, c’est comme s’il jouait d’un instrument de musique.”

Depuis longtemps déjà, la transformation d’une matière première en un liquide alcoolique transparent le fascine : la cueillette des fruits, la surveillance des organismes vivants pendant la fermentation, la compréhension des micro-organismes et de leurs habitudes, se laisser surprendre, puis prendre le temps de la distillation, simplement mais avec tous les sens, à la main, avec le nez, avec la force de ses bras (et de son chariot élévateur). Il est passionné par la distillation depuis 2002, et guidé par le livre de Matthieu Frécon, “L’alambic”, il a fait ses premières expériences, installé à l’époque dans des villages squattés des Cévennes. Pour sa toute première eau-de-vie, il a fallu une équipe d’amis pour collecter les fruits – l’arbousier.

Au début de l’année 2010, Martial ressent le besoin de changer de vie. Il songe à la distillation et décide de devenir professionnel. À la recherche d’un alambic, il rencontre Matthieu Frécon, l’auteur du célèbre livre, alors distillateur itinérant à Faugères. Lui aussi veut changer de vie. S’il vend ses alambics, c’est pour partir. La rencontre des deux est synergique. Matthieu voit en Martial un successeur digne de son travail et propose à Martial de reprendre tout, y compris la représentation pour les Faugérois. Avec un ami – Quentin Lecleac’h, aujourd’hui distillateur à Uzès – et l’aide de l’UDM et de son directeur régional Philippe Cayrol, et avec le soutien des domaines viticoles de Faugères, l’Atelier du Bouilleur a été fondé.

Aujourd’hui, il n’y a guère de fruit ou de légume qui ait résisté aux tentatives de Martial, que ce soit en fermentant le jus de canne à sucre du Vietnam, en utilisant des agaves sauvages récoltées à Marseille, ou en créant des recettes de gin audacieuses ou du marc vieilli en fût. Lorsque des personnes avec des idées et des projets le contactent, elles trouvent souvent une oreille attentive, et plus l’idée est folle ou difficile, plus il est tenté. Martial aime tout ce qui lui permet de jouer avec ses alambics pour créer de l’art en bouteilles.

Theresa

Theresa est un véritable couteau suisse. Originaire d’Allemagne, elle est médiatrice pénale certifiée, traductrice dans trois langues, conférencière, écrivaine, jardinière, connaisseuse en botanique et passionnée des spiritueux. Elle est co-auteure du Manifeste de la Boisson Naturelle et a visité la plupart des distilleries artisanales en Europe afin d’écrire un livre sur le sujet.

Arrivée à la distillerie en 2016, elle a contribué à la rénovation des bâtiments, au développement du jardin potager et aromatique, et gère les relations publiques de l’Atelier du Bouilleur.

Aimant les promenades et les missions de cueillette, il n’est pas rare de la voir revenir avec toutes sortes de plantes, de fruits, de baies ou de champignons. Elle a l’habitude de macérer et de transformer les choses, et elle contribue grandement au développement des recettes d’eaux-de-vie.

Elle est végétalienne, et en tant que bonne cuisinière, elle prend un grand plaisir à régaler ses invités avec des repas sans produits animaux. Elle décrit les saveurs avec précision, grâce à un palais très affiné, dont vous pourrez percevoir la finesse si vous vous trouvez en sa compagnie lors d’une dégustation.

Matthieu

En septembre 2016, lors du salon France Quintessence, dégustation après dégustation avec des clients potentiels sans grand intérêt, et soudain : boum ! Matthieu Collin arrive du restaurant où il était chef et déguste nos spiritueux avec précision et curiosité. Deux ans plus tard, à la Cave St Martin, le célèbre bar à vin gastronomique de Raymond, renommé dans le petit monde des vins naturels : re-boum ! Matthieu nous régale avec ses plats et ses accords mets-vins. Une amitié naît, faite de dégustations d’eau, de vin, d’alcool, de plantes et de bonne cuisine, mais surtout de belles discussions et de rires. Nous sommes restés en contact régulier même quand il est retourné à Paris pour exercer son talent de chef. Défi de mai 2019 : préparer un repas gourmet végétalien pour l’anniversaire de Theresa ! Boum encore une fois ! Matthieu nous a émerveillés. Résultat : une pause dans sa carrière et dans celle de Martial. L’association de la cuisine et de la distillation est un nouveau monde qui se dévoile à nous… Lors du deuxième confinement, Matthieu arrive à la distillerie pour quitter sa carrière de chef et commencer celle de distillateur.

Évidemment, à partir de ce moment-là, tout a changé à la distillerie. Son sérieux au travail, ses idées, son expérience, son savoir-faire, sa bonne humeur et sa curiosité nous ont permis d’avancer dans notre aventure de distillation. Martial trouve un complice, un successeur, un associé et quelqu’un à qui transmettre son savoir tout en apprenant de lui. En bref, au lieu de lui céder l’entreprise trop rapidement, ils travaillent ensemble pendant un certain temps : la relève est plus que garantie. Le trio de distillateurs, cueilleurs, colocataires… est né, et c’est une association parfaite.
Citation de Martial : “Ce qui ressort le plus pour moi, c’est qu’après des années de distillation, c’est la personne la plus passionnée que j’ai jamais rencontrée, et j’ai la chance de travailler avec lui !”